Au rythme des mutations sociales

Publié le 28 March 2017

Depuis ses origines, la CLCV n’a de cesse de défendre les usagers et les consommateurs, dans une société qui crée toujours de nouveaux besoins... et de nouveaux litiges.

A Saint-Nazaire, tout a commencé avec la naissance d’une antenne de l’Association populaire familiale*, en 1956, dans cette période d’après-guerre où la mutualisation des moyens était une nécessité. « Il s’agissait alors d’entraide et de solidarité. Il y avait des machines à laver, une machine à tricoter, un aspirateur qui tournaient de maison en maison. On pouvait aussi se procurer des poulets et des pommes de terre. C’était alors une association plutôt féminine, et l’adhésion était familiale », explique Bernadette Chouin, présidente de l’union locale CLCV Saint-Nazaire.

En 1976, évolution sociale oblige, cette même adhésion devient individuelle, quand l’APF s’ouvre à l’environnement et prend le nom de Confédération syndicale du cadre de vie** : « L’appellation actuelle, CLCV (Consommation, logement et cadre de vie), date de 2005. Peut-être que le terme “syndical“ gênait... mais, surtout, l’association avait largement élargi son champ d’action, au rythme des besoins. »

Et les besoins ne manquent pas...

La CLCV se veut en effet une association aux objectifs volontairement généralistes afin de pouvoir  accompagner les consommateurs dans tous les moments de leur vie quotidienne et dans toutes les dimensions de la société : habitat (privé ou social, locataires ou propriétaires occupants, copropriété, rénovation), urbanisme, transports, services financiers (frais bancaires, prêts, assurances), alimentation, santé, environnement, ainsi que les nouveaux litiges tels la téléphonie mobile et Internet.

Grâce à ses bénévoles formés, l’association travaille essentiellement sur trois axes. Des problèmes concernant vos charges locatives ou avec votre opérateur téléphonique ? Des questions quant aux additifs alimentaires ou au développement durable ? L’association est là pour prodiguer ses conseils, en vous dirigeant éventuellement vers le bon interlocuteur, avocat ou autre, et en aidant au montage de dossiers.

Fidèle à son ADN d’association d’éducation populaire, elle propose également des temps d’information et de sensibilisation à travers des conférences, des formations, des ateliers et des débats. Sur le terrain, enfin, elle représente les usagers dans les instances publiques et dans les instances hospitalières (encadrement des loyers, données personnelles et numérique, droit d’accès à son dossier médical ou droit à l’oubli pour les personnes ayant été atteintes d’un cancer...). Pour exemple, à Saint-Nazaire, elle compte des locataires élus par les locataires eux-mêmes, qui défendent leurs intérêts au sein des conseils d’administration des bailleurs sociaux, dont la Silène, et travaille activement avec la carène sur des sujets tels que le tri sélectif.

Vous l’aurez compris, la CLCV est au service des consommateurs qui ne se comportent pas en simples consuméristes passifs. Elle agit aux côtés de ceux qui souhaitent agir.

Mireille Peña

* L’association nationale datait de 1952.

** Avec actuellement un réseau de 360 associations locales dans toute la France, la CLCV est une des plus importantes associations de défense des consommateurs et d’usagers.

Information-débat “Les droits des malades“ organisée par la CLCV jeudi 30 mars, 18h, à Agora 1901 (2 bis, av. Albert-de-Mun), Saint-Nazaire. Gratuit.
CLCV : Permanences à Agora 1901 et à la Cité sanitaire de Saint-Nazaire.
Renseignements : 02 40 66 16 44, http://clcv-loire-atlantique.over-blog.com

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales