Miroir de l’Absente

Publié le 17 mai 2017

Un voyage littéraire dans les méandres de la Loire et de la mémoire.

« Il vaudrait bien mieux pour tout le monde qu’elle meure rapidement, non ? » Ainsi débute Miroir de l’absente, par cette phrase qui viendra rythmer comme un refrain entêtant le portrait de celle, l’absente, qui n’existe plus que par les souvenirs d’Antoine, le narrateur.

L’écrivain Jean-Pierre Suaudeau nous entraîne ici dans un double voyage : un voyage physique en train le long de la Loire, qui imprime au texte son flux lent et sinueux, et un autre dans le temps vers une femme qui hante à jamais les pensées d’Antoine.

Mêlant les formes du roman, du récit et de la poésie, comme se mêlent les eaux du fleuve et de l’océan, l’auteur nous offre une belle parenthèse littéraire et musicale, dans une langue mouvante et élégante, douce et impétueuse, comme la Loire, omniprésente, miroir de sa propre histoire.

La prose devient soudain poésie, le temps se suspend puis s’accélère, les questions lancinantes déclenchent des évocations fortes et bouleversantes : une escapade d’enfants sur le fleuve gelé, la lente évaporation de la mère dans la vieillesse, les vieux films de famille où l’on redécouvre son identité... Et la Loire devient le miroir de sa propre histoire.

Le passé et le présent se répondent et se croisent à mesure que le paysage se déploie, les conversations des voyageurs proches alternent avec l’évocation de proches éloignés, auxquels s’ajoutent des compagnons de vie de fiction, au premier rang desquels les femmes de Pedro Almodovar, qui donnent une ampleur insoupçonnée à cette errance dans la mémoire, essaimée de belles références cinématographiques, comme cette chanson interprétée par la Pénélope Cruz de Volver : « Sentir / que la vie n’est qu’un souffle / que vingt ans ne sont rien / que le regard fébrile / errant dans les ombres / te cherche et t’appelle. »

Et puis il y a les villes qui jalonnent le ballast : Donges, “sa raffinerie et son odeur de soufre permanente“, Savenay “qu’il ne pouvait traverser sans penser à Gracq“, et Saint-Nazaire, “la ville détruite et reconstruite à la va-vite“, magnifiquement évoquée à partir d’une affiche du paquebot France.

Texte riche et hybride, Miroir de l’absente mérite de s’y abandonner totalement. Se laisser aller dans ce flot de méditations et de sensations, se laisser envoûter par la fluidité des mots de Jean-Pierre Suaudeau, c’est emprunter un chemin lumineux dans ce grand voyage qu’est la littérature.

Jean-Luc Poultier

 

Né en 1955, ancien instituteur à Saint-Nazaire où il vit depuis plusieurs décennies, Jean-Pierre Suaudeau est un écrivain aussi discret que talentueux. Il est l’auteur de plusieurs romans publiés chez publie.net, la maison d’édition fondée par François Bon. Il sera présent à la librairie l’Embarcadère (41, av. de la République, Saint-Nazaire), le 19 mai à 19h, pour une lecture rencontre autour de son dernier roman Miroir de l’absente (19 €, version numérique 4,99 €) et à l’occasion de la sortie papier de son ouvrage Le Lac (2009, 15 €, version numérique 4,99 €).

Entrée libre. Renseignements : 09 72 45 05 30.

 
 

Archives

Saute-mouton(s)

Publié le 25 avril 2017

Un délicieux petit roman d’aventure au départ du port de Saint-Nazaire.

Lire la suite...
 

Cultiver l’insolite dans son potager…

Publié le 18 avril 2017

L’art d’improviser avec les légumes, c’est ce que nous donne à goûter Laurence Leconte, conteuse des terroirs qui vit en Presqu’île de Guérande.

Lire la suite...
 

Lectures de printemps choisies par Estuaire

Publié le 11 avril 2017

Lectures de printemps choisies par Estuaire

Lire la suite...
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales