DANS LA FORêT ENCHANTé DE OUKYNOUKY

(Norvège 2017) animation de Rasmus A. Sivertsen. Durée : 1h12.

Affiche

Il fait bon vivre dans la Forêt de Oukybouky. Pourtant, les souris Lucien et Sam la Vadrouille, Maître Lièvre et la Famille Écureuil doivent rester prudents car certains voisins ont parfois le ventre creux et les dents longues... Quand Marvin le Renard et Horace le Hérisson tentent de croquer Lucien et sa grand-mère, les habitants de la forêt décident d’agir. Mais comment persuader Marvin et Horace qu’ils devront désormais remplir leurs assiettes avec des noisettes ?

Ciné Donges : Dim : 11h.

MARY

(Etats-Unis 2017) drame de Marc Webb avec Chris Evans, Mckenna Grace, Lindsay Duncan. Durée : 1h41.

Affiche

Un homme se bat pour obtenir la garde de sa nièce, qui témoigne d’un don hors du commun pour les mathématiques.

Ciné Donges : Lun, Mar : 20h30.

THOR : RAGNAROK

(Etats-Unis 2017) action de Taika Waititi avec Chris Hemsworth, Tom Hiddleston, Cate Blanchett. Durée : 2h10.

Affiche

Privé de son puissant marteau, Thor est retenu prisonnier sur une lointaine planète aux confins de l’univers. Pour sauver Asgard, il va devoir lutter contre le temps afin d’empêcher l’impitoyable Hela d’accomplir le Ragnarök – la destruction de son monde et la fin de la civilisation asgardienne. Mais pour y parvenir, il va d’abord devoir mener un combat titanesque de gladiateurs contre celui qui était autrefois son allié au sein des Avengers : l’incroyable Hulk…

Ciné Donges : Sam : 20h30. Dim : 15h.

ZOOM

Zéro phyto 100% bio

A l’occasion du mois de l’Economie Sociale et Solidaire, le Cinéma Jacques Tati accueille ce mercredi 22 novembre une soirée organisée par la Ville de Saint-Nazaire et le Conseil local du commerce équitable. La première partie sera consacrée à la projection du court-métrage brésilien Consommer autrement, quelles solutions ?, à 19h,  puis d’une dégustation de produits locaux à 19h30.

Le public pourra ensuite découvrir en avant-première le documentaire de Guillaume Bodin, Zéro phyto, 100 % bio, une enquête sur les communes de France qui ont mis en place des pratiques qui ne maltraitent pas l’environnement et les humains. Versailles, Miramas, Grande-Synthe, Langouët, Barjac…, autant de villes qui ont précédé la loi du 1er janvier 2017 interdisant les traitements phytosanitaires de synthèse, et introduit des produits biologiques et locaux dans les cantines scolaires. Et parce qu’il n’y a pas de solution unique, imaginé des pratiques correspondant à l’identité, la configuration et le climat de leur territoire. Sur un rythme paisible et propre à la réflexion, Guillaume Bodin nous fait parcourir du Nord au Sud une France qui privilégie les hommes et l’écologie au rendement. Une France de l’alternative, consciente que l’avenir ne se fera pas dans la toxicité de l’irrespect des sols, des nappes phréatiques, de la santé, du travail paysan. Des témoignages de maires croisent des paysages agricoles et urbains où se dessinent aussi d’autres liens entre les édiles, les associations, les habitants, d’autres façons d’envisager notre rapport au monde.

Après la terrible désillusion du consumérisme, se construisent de nouveaux possibles, où le consommateur prend la décision politique de devenir consom’ acteur. « Nourrir, c’est aimer », est convaincu le maire de Barjac.

Un documentaire qui ouvre le débat.

Mireille Peña

3 questions à Sarah Trichet-Allaire, conseillère municipale à la Consommation responsable et aux Echanges équitables, membre du Conseil local du commerce équitable.

Estuaire. Quel est le rôle de ce Conseil ?
Sarah Trichet-Allaire.
En font partie Artisans du monde, Attac, la Socali, Snalis, les Agap et Amap, Marché paysan et la toute jeune Coop du coin. C’est un collectif informel dans le cahier des charges du label Territoires de commerce équitable obtenu par la Ville de Saint-Nazaire fin 2015. Son rôle est avant tout d’être force de proposition.

Estuaire. Quels seront les intervenants du débat lors de cette soirée ?
ST-A.
Alain Geffroy, producteur de viande bio sur l’Immaculée, représentera les fournisseurs, la Socali les distributeurs et la Coop du coin les consommateurs. Sera également présente Lydie Mahé, adjointe au maire, qui interviendra en tant que collectivité.

Estuaire. Justement, où en sommes-nous à Saint-Nazaire ?
ST-A.
La Ville a atteint à ce jour les 35 % de produits bio et/ou locaux dans sa restauration collective. En partenariat avec les associations, elle se concentre sur la sensibilisation auprès des enfants des écoles, former les jeunes générations est primordial. Elle travaille également avec les agents de la Ville à travers des dégustations de produits et des rencontres, pour que chacun des services puisse faire émerger des idées de l’intérieur. Et auprès de tous les habitants, pour exemple cette soirée de débat et de réflexion en commun.

Propos recueillis par Mireille Peña

(France 2018) documentaire de Guillaume Bodin. Durée : 1h16.

Salle Jacques-Tati : Avant-première. Mer : 19h (séance suivie d'un débat).

 

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales