C’EST BEAU LA VIE QUAND ON Y PENSE

(France 2017) comédie dramatique de Gérard Jugnot avec Gérard Jugnot, Isabelle Mergault, Bernard Le Coq. Durée : 1h30.

Affiche

Loïc le Tallec, la soixantaine, ne s’est jamais vraiment occupé de son fils. Quand ce dernier disparaît dans un accident de la route, Loïc est dévasté. Il n’a plus qu’une idée en tête : retrouver celui qui vit désormais avec le cœur greffé de son fils. Il va tomber sur Hugo, un jeune que ce cœur tout neuf rend totalement déraisonnable et incontrôlable.

Ciné Malouine : Jeu, Lun : 20h30. Sam : 15h.

FAST & FURIOUS 8

(Etats-Unis 2017) action de F. Gary Gray avec Vin Diesel, Dwayne Johnson, Jason Statham. Durée : 2h16.

Affiche

Maintenant que Dom et Letty sont en lune de miel, que Brian et Mia se sont rangés et que le reste de l’équipe a été disculpé, la bande de globetrotteurs retrouve un semblant de vie normale. Mais quand une mystérieuse femme entraîne Dom dans le monde de la criminalité, ce dernier ne pourra éviter de trahir ses proches qui vont faire face à des épreuves qu’ils n’avaient jamais rencontrées jusqu’alors.

Ciné Malouine : Sam, Mar : 20h30. Dim : 15h.

LES GARDIENS DE LA GALAXIE 2

(Etats-Unis 2017) science-Fiction de James Gunn avec Chris Pratt, Zoe Saldana, Dave Bautista. Durée : 2h13.

Affiche

Musicalement accompagné de la “Awesome Mixtape n°2” (la musique qu’écoute Star-Lord dans le film), Les Gardiens de la galaxie 2 poursuit les aventures de l’équipe alors qu’elle traverse les confins du cosmos. Les gardiens doivent combattre pour rester unis alors qu’ils découvrent les mystères de la filiation de Peter Quill. Les vieux ennemis vont devenir de nouveaux alliés et des personnages bien connus des fans de comics vont venir aider nos héros et continuer à étendre l’univers Marvel.

Ciné Malouine : Mer, Lun : 18h. Ven, Dim : 20h30.

LION

(Etats-Unis, Royaume-Uni, Australie 2017) drame de Garth Davis avec Dev Patel, Rooney Mara, Nicole Kidman. Durée : 1h58.

Affiche

Une incroyable histoire vraie : à 5 ans, Saroo se retrouve seul dans un train traversant l’Inde qui l’emmène malgré lui à des milliers de kilomètres de sa famille. Perdu, le petit garçon doit apprendre à survivre seul dans l’immense ville de Calcutta. Après des mois d’errance, il est recueilli dans un orphelinat et adopté par un couple d’Australiens. 25 ans plus tard, Saroo est devenu un véritable Australien, mais il pense toujours à sa famille en Inde. Armé de quelques rares souvenirs et d’une inébranlable détermination, il commence à parcourir des photos satellites sur Google Earth, dans l’espoir de reconnaître son village. Mais peut-on imaginer retrouver une simple famille dans un pays d’un milliard d’habitants ?

Ciné Malouine : Mer : 14h45.

PATIENTS

(France 2017) comédie Dramatique de Grand Corps Malad et Mehdi Idir avec Pablo Pauly, Sofiane Guerrab, Moussa Mansaly. Durée : 1h50.

Affiche

D’après le roman de Grand Corps Malade Se laver, s’habiller, marcher, jouer au basket, voici ce que Ben ne peut plus faire à son arrivée dans un centre de rééducation suite à un grave accident. Ses nouveaux amis sont tétras, paras, traumas crâniens.... Bref, toute la crème du handicap. Ensemble ils vont apprendre la patience. Ils vont résister, se vanner, s’engueuler, se séduire mais surtout trouver l’énergie pour réapprendre à vivre.

Ciné Malouine : Dim : 18h.

UNE VIE AILLEURS

(France 2017) drame d’Olivier Peyon avec Isabelle Carré, Ramzy Bedia, Maria Dupláa. Durée : 1h36.

Affiche

C’est en Uruguay que Sylvie retrouve enfin la trace de son fils, enlevé il y a quatre ans par son ex mari. Avec l’aide précieuse de Mehdi, elle part le récupérer mais arrivés là-bas, rien ne se passe comme prévu : l’enfant, élevé par sa grand-mère et sa tante, semble heureux et épanoui. Sylvie réalise alors que Felipe a grandi sans elle et que sa vie est désormais ailleurs.

Ciné Malouine : Mer : 20h30. Sam : 18h.

ZOOM

Zoologie

L'étrangeté cinématographique du mois nous arrive de Russie. Avec, aux commandes, Ivan I. Tverdovsky, un jeune réalisateur de 28 ans qui n’en est qu’à son deuxième essai (après quelques documentaires). L’étrangeté n’étant pas spécialement vendeuse, nous ne sommes donc que trois installés dans la belle salle Tati.

Paraît-il que la bande-annonce en aurait décontenancé (découragé ?) plus d’un. Effectivement, l’idée de suivre les aventures d’une femme à qui il aurait soudainement poussé une queue n’est pas forcément engageante. Mais ce drame aux allures de conte (ou l’inverse) prouve qu’il faut souvent aller au-delà du préjugé pour profiter pleinement des plaisirs multiples que peut procurer le 7e art.

Caméra à l’épaule, le réalisateur suit donc les péripéties de Natasha, cette quinquagénaire habitant chez sa mère, et qui doit désormais vivre avec cette dérangeante excroissance (forcément, pas une queue qui lui donnerait des allures d’une Catwoman sexy). Le fantastique sert de point de départ au film, mais jamais la cause de cette transformation ne sera expliquée. A peine est-elle considérée comme bizarre (même par le corps médical, qui en prend pour son grade par la même occasion). Juste perçue comme effrayante par une population bigote qui n’y voit là que l’arrivée du malin parmi eux. Mais cette mutation soudaine va forcément avoir des effets inattendus. D’ordinaire brimée par ses collègues, muette devant les moqueries (sur son apparence, sa supposée virginité…), Natasha va finalement gagner en assurance et se permettre ce qui lui était inconcevable auparavant. A commencer par conquérir le cœur d’un radiologue de vingt ans son cadet.

Dès lors, Zoologie devient une fable autour de l’acceptation de soi, de son corps, ou comment affronter le regard des autres lorsque l’on se sent différent. On serait même proche du “feel-good movie” si la chute n’était pas si brutale (tout comme le clap de fin, qui arrive sans prévenir et nous ramène au titre du film, comme si la boucle était désormais bouclée).

Comme l’a si bien montré David Lynch avec son Eléphant Man, le monstre n’est pas forcément celui qui en a l’apparence. En essayant d’obtenir le respect de ses collègues, la bienveillance des médecins, le réconfort de l’église et même l’amour d’une mère, Natacha se heurte aux dogmes et conventions imposés par la société. L’étrangeté est dans le regard de celui qui observe (qui juge ?). Mais attention aux rôles qui peuvent à tout moment s’inverser. Pour preuve, cette scène de sexe improbable, surement la plus bizarre que vous verrez cette année au cinéma.

Jocelyn Prouff

Avis à chaud d’un spectateur
« Une fable singulière sur la différence et sur la norme, drôle et cruelle en même temps, qui peut être parfois dérangeante, mais d’une grande force et interprétée par une actrice magnifique. N’ayez pas peur, allez-y ! » (Sylvette, 64 ans).

 

(France, Allemagne, Russie 2017) fantastique de Ivan I. Tverdovsky avec Natalya Pavlenkova, Dmitri Groshev, Irina Chipizhenko. Durée : 1h27.

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Mer : 16h. Jeu : 18h30. Ven : 16h45. Sam : 14h30. Dim : 18h.

 

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales