ALBUM DE FAMILLE

(Turquie, France, Roumanie 2017) comédie dramatique de Mehmet Can Mertoğlu avec Şebnem Bozoklu, Murat Kılıç, Müfit Kayacan. Durée : 1h43.

Affiche

En Turquie, la stérilité est un motif de honte et de déconsidération. Bahar et Cüneyt ne peuvent pas avoir d'enfants. Pour éviter l'humiliation, ils font croire que Cüneyt est enceinte. Celle-ci porte un faux-ventre et Bahar la prend constamment en photo pour donner le change. Ils se lancent dans des démarches fastidieuses pour adopter. Finalement, on leur confie un bébé qui ne leur plaît pas. Ils tentent de rendre l'enfant aux services sociaux, en prétextant n'avoir pas pu créer un lien social avec lui. Leur demande est satisfaite. Le couple est le plus heureux du monde mais bientôt la rumeur se répand qu'ils ne sont pas les parents biologiques de leur fils...

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Mer : 21h15. Jeu : 14h30. Ven : 16h15. Sam : 18h. Dim : 18h15. Mar : 20h45.

APRÈS LA TEMPÊTE

(Japon 2017) drame de Hirokazu Kore-eda avec Hiroshi Abe, Yoko Maki , Yoshizawa Taiyo. Durée : 1h58.

Affiche

Malgré un début de carrière d’écrivain prometteur, Ryota accumule les désillusions. Divorcé de Kyoko, il gaspille le peu d’argent que lui rapporte son travail de détective privé en jouant aux courses, jusqu’à ne plus pouvoir payer la pension alimentaire de son fils de 11 ans, Shingo. A présent, Ryota tente de regagner la confiance des siens et de se faire une place dans la vie de son fils. Cela semble bien mal parti jusqu’au jour où un typhon contraint toute la famille à passer une nuit ensemble…

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Jeu, Ven : 18h15. Dim : 20h45. Mar : 14h15.

DERNIÈRES NOUVELLES DU COSMOS

(France 2016) documentaire de Julie Bertuccelli. Durée : 1h25.

Affiche

A bientôt 30 ans, Hélène a toujours l’air d’une adolescente. Elle est l'auteure de textes puissants à l’humour corrosif. Elle fait partie, comme elle le dit elle-même, d’un «lot mal calibré, ne rentrant nulle part». Visionnaire, sa poésie télépathe nous parle de son monde et du nôtre. Elle accompagne un metteur en scène qui adapte son œuvre au théâtre, elle dialogue avec un mathématicien... Pourtant Hélène ne peut pas parler ni tenir un stylo, elle n’a jamais appris à lire ni à écrire. C’est à ses 20 ans que sa mère découvre qu'elle peut communiquer en agençant des lettres plastifiées sur une feuille de papier. Un des nombreux mystères de celle qui se surnomme Babouillec…

Salle Jacques-Tati : Mer : 19h. Jeu : 16h30. Ven : 21h. Sam : 14h30. Dim, Mar : 16h30.

MIMI ET LISA

(République Tchèque 2016)  animation de Katarina Kerekesova. Durée : 0h45.

Affiche

Tout peut arriver les yeux fermés !

Salle Jacques-Tati : Mer : 16h (suivi d'un goûter cinq sens). Sam, Dim : 11h (suivie d'un goûter salé).

ROUES LIBRES

(Hongrie 2017) action, comédie de Attila Till avec Zoltán Fenyvesi, Szabolcs Thuróczy, Ádám Fekete. Durée : 1h42.

Affiche

Ruspaszov, ancien pompier, est en fauteuil roulant depuis trois ans, suite à un accident de travail. Le cynisme et l’alcool l’aident de moins en moins à supporter son état. Zolika, tout juste 20 ans et passionné de bande dessinée, vit en fauteuil depuis toujours.  Leur rencontre improbable redonnera à chacun goût à la vie. Surtout quand Rupaszov, se mettant au service du chef de la mafia locale, décide d'utiliser leur handicap comme couverture...

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Mer : 17h. Jeu : 21h. Ven : 14h15. Sam : 20h30. Dim : 14h30. Mar : 18h15.

ROUGE COMME LE CIEL

(Italie 2010) drame de Cristiano Bortone avec Luca Capriotti, Francesco Campobasso, Marco Cocci. Durée : 1h30.

Affiche

Mirco perd la vue à l’âge de dix ans et doit poursuivre sa scolarité dans un institut spécialisé. Loin de son père, il ne peut plus partager avec lui sa passion du cinéma. Il trouve pourtant le moyen de donner vie aux histoires qu’il s’invente : il enregistre des sons sur un magnétophone puis coupe les bandes, les colle et les réécoute. L’école très stricte n’approuve pas du tout ses expériences et fait tout pour l’en écarter. Mais Mirco, loin de se résigner, poursuit sa passion...

Salle Jacques-Tati : Mer : 14h15 (suivi d'un goûter). Sam 16h15 (suivi d'un goûter).

ZOOM

Django

Nous sommes en 1943.
Une forêt des Ardennes en hiver : un vieillard aveugle chante devant une roulotte, des femmes s’activent à leur quotidien, des enfants ramassent du bois. Coups de feu : le camp tzigane est exterminé par des soldats allemands.

Paris : le fantasque Django Reinhardt (interprété par Reda Kateb) est attendu sur scène. Il faut aller le chercher au bord du canal Saint-Martin... où, ivre, il rêve. Parce que Django ne joue pas pour faire des concerts, il joue parce qu’il aime ça, quand et où il en a envie. Et qu’il n’a aucune conscience que sa communauté est en train de subir un génocide. Protégé par son talent et sa notoriété, il croit avec une naïveté doublée de sincérité égocentrique que cette guerre ne le concerne pas, qu’elle est celle des “gadjés”. Mais l’escadron de la propagande, la Propagandastaffel, exige que Django et ses musiciens partent se produire en Allemagne, où ils sont très appréciés. Avec une condition réglementaire cependant : qu’ils ne jouent pas de blues, peu de solos et peu de swing, en résumé pas de cette musique “dégénérée” de manouches. Il refuse...

Aidé par Louise de Clerk (Cécile de France), une résistante de la première heure qui joue le jeu dangereux de la femme du monde auprès des nazis, il quitte clandestinement Paris avec sa mère et sa femme avec l’intention de passer en Suisse. Bloqué à Thonon-les-Bains, le nomade invétéré se retrouve rattrapé par la réalité, un “fils du vent“ prisonnier de la tragédie que vit sa communauté.
Vous l’aurez compris, Etienne Comar n’a pas choisi de faire de son film un biopic du musicien, et l’on peut en être déçu. S’inspirant du livre d’Alexis Salatko (Folles de Django, éditions Robert Laffont), il concentre son récit sur quelquesmois et n’hésite pas à inventer des personnages tels que celui de la sulfureuse amie-amante Louise de Clerk. Reda Kateb y incarne avec élégance et distance  un Django Reinhardt de génie, soit, mais bien loin du héros manouche inspiré que l’on connaît : juste un homme-artiste bourré de paradoxes, un homme dépassé par l’Histoire, qui comprend peu à peu que son art ne le protège pas de la barbarie. Emportés nous-mêmes par une bande-son sublime, nous n’en sommes que plus bouleversés quand le musicien met de côté sa guitare pour composer sur l’orgue d’une église un Requiem pour ses frères tziganes disparus.

Mireille Peña

Avis à chaud d’un spectateur
« Etrange. Je ne sais pas quoi en penser, j’ai apprécié, mais je me suis parfois ennuyée aussi, il y a des longueurs, un manque de tenue du rythme. Evidemment, la bande-son est géniale, mais la presque mollesse de ce Django m’a gênée. » (Caroline, 56 ans).

(Français 2017) biopic de Etienne Comar avec Reda Kateb, Cécile de France, Beata Palya. Durée : 1h55.

Cinéville : Mer, Jeu, Ven, Lun : 14h10, 17h, 19h35. Sam, Mar : 17h, 19h35. Dim : 11h10, 14h10, 17h, 20h.

 

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales