A CIAMBRA

(Italie, Etats-Unis, France, Suède, Allemagne, Brésil, 2017) drame de Jonas Carpignano. Durée : 1h58.

Affiche

Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop lourd pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix déchirant.

Salle Jacques-Tati : Avant-première. V.O. stf. Ven : 20h30.

LE PETIT FUGITIF

(Etats-Unis 1953) comédie dramatique de Morris Engel et Ruth Orkin avec Richie Andrusco, Richard Brewster, Winifred Cushing. Durée : 1h20.

Affiche

A Brooklyn dans les années 50, la mère de Lennie lui confie la garde de son petit frère Joey, âgé de 7 ans, car elle doit se rendre au chevet de la grand-mère, malade. Mais Lennie avait prévu de passer le week-end avec ses amis. Irrité de devoir emmener son petit frère partout avec lui, il décide de lui jouer un tour en simulant un accident de carabine sur un terrain vague. Persuadé d'avoir causé la mort de son frère, Joey s'enfuit à Coney Island, immense plage new-yorkaise dédiée aux manèges et à l'amusement. Il va passer une journée et une nuit d'errance au milieu de la foule et des attractions foraines...

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Mer : 14h30 (avec goûter).

LES FILLES D’AVRIL

(Mexique, 2017) drame de Michel Franco avec Emma Suárez, Ana Valeria Becerril, Enrique Arrizon. Durée : 1h43.

Affiche

Valeria est enceinte, et amoureuse. A seulement 17 ans, elle a décidé avec son petit ami de garder l'enfant. Très vite dépassée par ses nouvelles responsabilités, elle appelle à l'aide sa mère Avril, installée loin d'elle et de sa sœur. A son arrivée, Avril prend les choses en mains, et remplace progressivement sa fille dans son quotidien... Jusqu'à franchir la limite.

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Jeu : 20h15. Sam : 14h30, 19h. Dim : 18h.

L’AMANT D’UN JOUR

(France, 2017) drame de Philippe Garrel avec Eric Caravaca, Esther Garrel, Louise Chevillotte. Durée : 1h16.

Affiche

C’est l’histoire d’un père et de sa fille de 23 ans qui rentre un jour à la maison parce qu’elle vient d’être quittée, et de la nouvelle femme de ce père qui a elle aussi 23 ans et vit avec lui.

Salle Jacques-Tati : Mer : 17h. Jeu : 14h30. Ven : 16h30. Sam : 21h30. Dim : 16h15. Mar : 19h.

L’INTRUSA

(Italie, 2017) drame de Leonardo Di Costanzo avec Raffaella Giordano, Valentina Vannino, Marcello Fonte. Durée : 1h35.

Affiche

Naples. Aujourd’hui. Giovanna, travailleuse sociale combative de 60 ans, fait face à une criminalité omniprésente. Elle gère un centre qui s’occupe d’enfants défavorisés et offre ainsi une alternative à la domination mafieuse de la ville. Un jour, l’épouse d’un criminel impitoyable de la Camorra, la jeune Maria, en fuite avec ses deux enfants, se réfugie dans ce centre. Lorsqu’elle lui demande sa protection, Giovanna se retrouve confrontée, telle une Antigone moderne, à un dilemme moral qui menace de détruire son travail et sa vie.

Salle Jacques-Tati : Avant-première. V.O. stf. Mar : 20h30.

NOTHINGWOOD

(Afghanistan, Fance 2017) documentaire de Sonia Kronlund avec Salim Shaheen. Durée : 1h25.

Affiche

À une centaine de kilomètres de Kaboul, Salim Shaheen, l'acteur-réalisateur-producteur le plus populaire et prolifique d’Afghanistan, est venu projeter quelques-uns de ses 110 films et tourner le 111ème au passage. Ce voyage dans lequel il a entraîné sa bande de comédiens, tous plus excentriques et incontrôlables les uns que les autres, est l'occasion de faire la connaissance de cet amoureux du cinéma, qui fabrique sans relâche des films de série Z dans un pays en guerre depuis plus de trente ans. Nothingwood livre le récit d’une vie passée à accomplir un rêve d’enfant.

Salle Jacques-Tati : V.O. stf. Mer : 19h. Jeu, Ven : 18h. Dim : 14h30. Mar : 16h45.

PETIT PAYSAN

(France, 2017) drame de Hubert Charuel avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners. Durée : 1h30.

Affiche

Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

Salle Jacques-Tati : Mer : 20h45. Jeu : 16h. Ven : 14h30 (avec café). Sam : 17h15. Dim : 20h30. Mar : 15h.

POLICHINELLE ET LES CONTES MERVEILLEUX

(Suisse, 2017) animation familiale de Giulio Gianini, Emanuele Luzzati. Durée : 36 min.

Affiche

Venez découvrir l’univers fantastique de Gianini et Luzzati. Ce programme de 4 courts métrages emmène les enfants dans un monde haut en couleurs où se mêlent magie des contes et aventures merveilleuses. Du courage et de l’audace sont au rendez-vous avec Polichinelle et ses amis !

Salle Jacques-Tati : Mer : 16h15 (avec goûter). Sam : 11h (avec brunch), 16h30 (avec goûter). Dim : 11h (avec goûter).

ZOOM

Barbara

Un film se tourne. Le réalisateur (joué par Mathieu Amalric lui-même), littéralement fou amoureux de la chanteuse et de la femme Barbara, veut ressusciter l’image de la longue dame brune. Celle-ci est interprétée par Brigitte (Jeanne Balibar), grande fille aux yeux de feu. Brigitte travaille son jeu d’actrice, modèle ses façons de marcher, de faire danser ses mains, de sourire, de parler. Elle construit pas à pas l’extérieur de son personnage pour mieux l’apprivoiser, peut-être le rencontrer et même l’épouser.

Mais Barbara n’était-elle pas elle-même la meilleure des comédiennes, une forteresse de mystère dans sa manière si particulière de tout donner sans jamais lever le voile ? Jeanne Balibar/Brigitte s’approche, recule, frôle, caresse, creuse, cherche la rencontre. Elle ne la joue pas, elle en est peu à peu habitée, sous le regard fasciné de son réalisateur, jusqu’à devenir elle-même un mystère. Actrice et chanteuse se confondent, leur complicité nous égare, nous émerveille et nous frustre.

Barbara est en effet tout sauf un biopic. Il se rapproche plutôt d’un poème surréaliste sur l’imaginaire et le processus de création. L’imaginaire que l’art est capable d’éveiller en nous, notre propre émotion qu’il incarne et rend visible. Par un jeu de miroirs qui reflètent et tricotent le vrai et le faux, la maison de Seine-et-Marne et le décor de cinéma, les images d’archives et les scènes de studio, les chansons de Barbara et la voix de la magnifique Jeanne Balibar, Mathieu Amalric raconte notre propre histoire, nous spectateurs qui avons besoin de nous retrouver dans un autre sublimé. Nous n’apprendrons rien de plus que nous ne sachions déjà sur Barbara – si peu –, de sa voix cassée il nous chantonne « la plus belle histoire d’amour » : celle que nous vivons avec les artistes.

Mireille Peña

Avis à chaud d’un spectateur
« Je me suis ennuyée, j’ai même eu envie de sortir. Je suis frustrée, j’ai manqué de Barbara. » (Myriam, 55 ans)

(France, 2017) Drame de Mathieu Amalric avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric. Durée : 1h37.

Cinéville : Mer : 13h50, 17h45, 19h45. Jeu, Ven : 13h50, 15h50, 19h45. Sam : 15h50, 17h45, 19h45. Dim : 11h, 13h50, 15h50, 18h15, 20h30. Lun : 13h50, 15h50, 17h45, 19h45. Mar : 13h50, 15h50, 17h45.

 

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales