PETIT PAYSAN

(France, 2017) drame de Hubert Charuel avec Swann Arlaud, Sara Giraudeau, Bouli Lanners. Durée : 1h30.

Affiche

Pierre, la trentaine, est éleveur de vaches laitières. Sa vie s’organise autour de sa ferme, sa sœur vétérinaire et ses parents dont il a repris l’exploitation. Alors que les premiers cas d’une épidémie se déclarent en France, Pierre découvre que l’une de ses bêtes est infectée. Il ne peut se résoudre à perdre ses vaches. Il n’a rien d’autre et ira jusqu’au bout pour les sauver.

Salle Jacques-Tati : Mer : 20h45. Jeu : 16h. Ven : 14h30 (avec café). Sam : 17h15. Dim : 20h30. Mar : 15h.

Ciné Malouine : Jeu, Mar : 20h30.

BARBARA

(France, 2017) Drame de Mathieu Amalric avec Jeanne Balibar, Mathieu Amalric. Durée : 1h37.

Affiche

Une actrice va jouer Barbara, le tournage va commencer bientôt. Elle travaille son personnage, la voix, les chansons, les partitions, les gestes, le tricot, les scènes àapprendre, ça va, ça avance, ça grandit, ça l'envahit même. Le réalisateur aussi travaille, par ses rencontres, par les archives, la musique, il se laisse submerger, envahir comme elle, par elle.

Cinéville : Mer : 13h50, 17h45, 19h45. Jeu, Ven : 13h50, 15h50, 19h45. Sam : 15h50, 17h45, 19h45. Dim : 11h, 13h50, 15h50, 18h15, 20h30. Lun : 13h50, 15h50, 17h45, 19h45. Mar : 13h50, 15h50, 17h45.

MY COUSIN RACHEL

(Grande-Bretagne, Etats-Unis, 2017) drame, romance, thriller de Roger Michell avec Rachel Weisz, Sam Claflin, Holliday Grainger. Durée 1h46.

Affiche

Angleterre, début du XIXème siècle. Philip, un jeune noble anglais, apprend la mort mystérieuse de son cousin en Italie, survenue peu après son mariage secret avec la jeune et jolie veuve Rachel. Il n’a qu’une idée en tête : découvrir les véritables raisons de sa mort afin de le venger par tous les moyens. Mais la visite inattendue de cette nouvelle cousine va tout bouleverser.

Ciné Malouine : V.O. stf. Mer : 18h.

LE PETIT SPIROU

(France, 2017) comédie familiale de Nicolas Bary avec Sacha Pinault, Pierre Richard, François Damiens. Durée : 1h26.

Affiche

Petit Spirou, comme toute sa famille avant lui, a un destin professionnel tout tracé. Quand sa mère lui annonce qu’il intègrera dès la rentrée prochaine l’école des grooms, Petit Spirou, avec l’aide de ses copains, va profiter de ses derniers jours de classe pour déclarer sa flamme à Suzette. Et pas n’importe comment. Ils décident de vivre une aventure extraordinaire.

Ciné Malouine : Avant-première. Dim : 16h.

Cinéville : Avant-première. Dim : 16h.

L’AMANT D’UN JOUR

(France, 2017) drame de Philippe Garrel avec Eric Caravaca, Esther Garrel, Louise Chevillotte. Durée : 1h16.

Affiche

C’est l’histoire d’un père et de sa fille de 23 ans qui rentre un jour à la maison parce qu’elle vient d’être quittée, et de la nouvelle femme de ce père qui a elle aussi 23 ans et vit avec lui.

Salle Jacques-Tati : Mer : 17h. Jeu : 14h30. Ven : 16h30. Sam : 21h30. Dim : 16h15. Mar : 19h.

A CIAMBRA

(Italie, Etats-Unis, France, Suède, Allemagne, Brésil, 2017) drame de Jonas Carpignano. Durée : 1h58.

Affiche

Pio a 14 ans et veut grandir vite. Comme son grand frère Cosimo, il boit, fume et apprend l’art des petites arnaques de la rue. Et le jour où Cosimo n’est plus en mesure de veiller sur la famille, Pio va devoir prendre sa place. Mais ce rôle trop lourd pour lui va vite le dépasser et le mettre face à un choix déchirant.

Salle Jacques-Tati : Avant-première. V.O. stf. Ven : 20h30.

L’INTRUSA

(Italie, 2017) drame de Leonardo Di Costanzo avec Raffaella Giordano, Valentina Vannino, Marcello Fonte. Durée : 1h35.

Affiche

Naples. Aujourd’hui. Giovanna, travailleuse sociale combative de 60 ans, fait face à une criminalité omniprésente. Elle gère un centre qui s’occupe d’enfants défavorisés et offre ainsi une alternative à la domination mafieuse de la ville. Un jour, l’épouse d’un criminel impitoyable de la Camorra, la jeune Maria, en fuite avec ses deux enfants, se réfugie dans ce centre. Lorsqu’elle lui demande sa protection, Giovanna se retrouve confrontée, telle une Antigone moderne, à un dilemme moral qui menace de détruire son travail et sa vie.

Salle Jacques-Tati : Avant-première. V.O. stf. Mar : 20h30.

POLICHINELLE ET LES CONTES MERVEILLEUX

(Suisse, 2017) animation familiale de Giulio Gianini, Emanuele Luzzati. Durée : 36 min.

Affiche

Venez découvrir l’univers fantastique de Gianini et Luzzati. Ce programme de 4 courts métrages emmène les enfants dans un monde haut en couleurs où se mêlent magie des contes et aventures merveilleuses. Du courage et de l’audace sont au rendez-vous avec Polichinelle et ses amis !

Salle Jacques-Tati : Mer : 16h15 (avec goûter). Sam : 11h (avec brunch), 16h30 (avec goûter). Dim : 11h (avec goûter).

BARRY SEAL : AMERICAN TRAFFIC

(Etats-Unis, 2017) biopic, thriller, policier de Doug Liman avec Tom Cruise, Sarah Wright, Domhnall Gleeson. Durée : 1h55.

Affiche

L'histoire vraie de Barry Seal, un pilote arnaqueur recruté de manière inattendue par la CIA afin de mener à bien l'une des plus grosses opérations secrètes de l'histoire des Etats-Unis.

Cinéville : Tous les jours (sauf Dim) : 14h, 16h45, 19h45, 22h15. Dim : 10h50, 14h, 16h45, 19h, 21h15.

LE REDOUTABLE

(France, 2017) comédie, biopic, romance, drame de Michel Hazanavicius avec Louis Garrel, Stacy Martin, Bérénice Bejo. Durée : 1h47.

Affiche

Paris 1967. Jean-Luc Godard, le cinéaste le plus en vue de sa génération, tourne La Chinoise avec la femme qu'il aime, Anne Wiazemsky, de 20 ans sa cadette. Ils sont heureux, amoureux, séduisants, ils se marient. Mais la réception du film à sa sortie enclenche chez Jean-Luc une remise en question profonde. Mai 68 va amplifier le processus, et la crise que traverse Jean-Luc va le transformer profondément passant de cinéaste star en artiste maoiste hors système aussi incompris qu'incompréhensible.

Cinéville : Tous les jours (sauf Dim) : 14h, 16h35, 19h50, 22h15. Dim : 14h, 16h35, 18h40.

LES GRANDS ESPRITS

(France, 2017) comédie dramatique de Olivier Ayache-Vidal avec Denis Podalydès, Léa Drucker, Zineb Triki. Durée : 1h46.

Affiche

François Foucault, la quarantaine est professeur agrégé de lettres au lycée Henri IV, à Paris. Une suite d’évènements le force à accepter une mutation d’un an dans un collège de banlieue classé REP +. Il redoute le pire. A juste titre.

Cinéville : Tous les jours (sauf Dim) : 14h15, 16h45, 19h45, 22h05. Dim : 10h50, 14h15, 16h45, 19h.

MOTHER !

(Etats-Unis, 2017) thriller de Darren Aronofsky avec Jennifer Lawrence, Javier Bardem, Ed Harris. Durée : 2h02.

Affiche

Un couple voit sa relation remise en question par l'arrivée d'invités imprévus, perturbant leur tranquillité.

Cinéville : Int. moins 12 ans. Tous les jours (sauf Dim) : 14h05, 16h30, 19h35, 22h10. Dim : 14h05, 16h30, 21h10.

ÇA

(Etats-Unis, 2017) epouvante-horreur, thriller de Andy Muscietti avec Bill Skarsgård, Jaeden Lieberher, Finn Wolfhard. Durée : 2h15.

Affiche

Plusieurs disparitions d'enfants sont signalées dans la petite ville de Derry, dans le Maine. Au même moment, une bande d'adolescents doit affronter un clown maléfique et tueur, du nom de Pennywise, qui sévit depuis des siècles. Ils vont connaître leur plus grande terreur…

Cinéville : Int. moins 12 ans. Avant-première. Ven : 20h30.

QUE DIOS NOS PERDONE

(Espagne 2017) thriller de Rodrigo Sorogoyen avec Antonio de la Torre, Roberto Alamo et Javier Pereira. Durée : 2h06.

Affiche

Madrid, été 2011. La ville, plongée en pleine crise économique, est confrontée à l’émergence du mouvement des « indignés » et à la visite imminente du Pape Benoît XVI. C’est dans ce contexte hyper-tendu que l'improbable binôme que forment Alfaro et Velarde se retrouve en charge de l'enquête sur un serial-killer d’un genre bien particulier.

Cinéville : V.O. stf. Dim : 11h10, 18h50, 21h15. Lun : 14h10, 18h10. Mar : 14h10, 21h.

120 battements par minute

Robin Campillo, lui-même parmi les premiers militants d’Act-Up Paris, nous introduit de suite dans le cœur du sujet en nous faisant assister en même temps que de nouvelles recrues à une RH, une réunion hebdomadaire du collectif, au début des années 90. Qu’ils soient séropositifs, déjà malades, séronégatifs, homosexuels ou hétéros, ils sont tous jeunes, bourrés d’une énergie explosive et habités d’une colère que l’urgence attise. Colère contre le virus, contre les laboratoires pharmaceutiques qui mènent la danse des profits, contre les politiques et le gouvernement Mitterrand qui ne prennent pas la mesure de l’ampleur de l’épidémie, et contre la société en général qui croit pouvoir repousser la maladie en se repliant sur la morale. Le réalisateur filme en caméra portée leurs coups de gueule, leurs désaccords, les mises en scène spectaculaires de leurs actions, focalisant notre regard sur la puissance de leur force tragique. On est avec eux quand ils inventent de nouvelles formes de combat, quand ils aspergent de faux sang la moquette luxueuse d’un laboratoire ou investissent des salles de classe avec des capotes, quand ils rient comme des gamins de leur dernière idée ou s’interrogent sur la réalité de la violence qui leur est reprochée avec tant de mauvaise foi. Et si la molécule les tue, un par un, au fil des jours, ils ne perdent jamais leur appétit de vie, de sexe et d’amour. Comme Sean et Nathan (les merveilleux Nahuel Perez Biscayart et Arnaud Valois), qui vont aller jusqu’au bout de leur passion et de leur tendresse, leurs cœurs battant plus vite, plus fort que l’horloge qui compte le temps qu’il leur reste.

120 battements par minute n’est pas un hommage à une génération martyre, il la rend visible. Nous n’oublierons plus jamais ces visages, ces souffrances, ce courage. Ni la cruauté d’une société homophobe et terrorisée qui a préféré en faire des coupables, comme si l’ignorance et le rejet pouvaient protéger. Non, le sida n’était pas un “cancer gay” comme on l’appelait alors, et les malades n’étaient pas pestiférés. Leur double condamnation est révoltante, leur combat est bouleversant. Jusqu’au bout, quand ils demandaient par testament des funérailles politiques, pour ne pas cesser de crier « Ouvrez les yeux », mais aussi « J’ai existé ». Eux qui n’avaient pas même le droit aux soins funéraires des pompes funèbres*, discriminés jusqu’au-delà de la mort.

Mireille Peña

* Interdiction levée en 2015 seulement.

Avis à chaud d’un spectateur
« J’ai du mal à parler, l’émotion est trop forte. C’est un film magnifique, le film qu’il fallait faire. » (Jean-François, 54 ans)

(France 2017) drame de Robin Campillo avec Nahuel Perez Biscayart, Arnaud Valois, Adèle Haenel. Durée : 2h20.

 

 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales