En bonne et belle voi(x)e

Publié le 15 November 2016

23 ans et déjà sept ans de carrière. Manon Tanguy, auteure-compositrice et interprète, sortira son 2e album au premier trimestre 2017. Retour sur un joli parcours.

Aussi jeune soit-elle, l’artiste native de Saint-Nazaire égraine les scènes (plus de 200 concerts à son actif), collectionne les récompenses et cumule les premières parties (de Laurent Voulzy à Dominique A, Thomas Fersen, Cali et, ce 23 novembre, Romain Humeau, à l’Elysée Montmartre à Paris). Son écriture délicate et son interprétation aérienne marient rêve et réalité, gravité et légèreté, cynisme et spontanéité. Un univers singulier qu’elle met en notes sur piano, ukulélé et kalimba, aux côtés de Laurent Duflanc (Bass et SPD) et Yannis Quillaud (multi-instrumentiste).

« J’ai commencé à écrire des textes à l’âge de 6 ou 7 ans. Ça parlait de suicide et de maladie. Je pense que c’est une chance d’avoir pu coucher sur papier ces peurs et ces angoisses, ça m’a servi d’exutoire », nous raconte celle qui en connaît un rayon en matière d’inconscient puisqu’elle est diplômée en psychologie.

Dès ses 8 ans, Manon choisit d’apprendre le piano et entre au Conservatoire : « Je m’étais promis d’arrêter dès que je saurais me débrouiller seule. » Son seizième printemps passé, elle estime pouvoir travailler selon ses propres inspirations. « J’ai composé des chansons que je faisais écouter à mes amies. » Sur l’insistance de sa sœur, elle enregistre quelques morceaux “maison” et les postent sur le Net. Les choses s’enchaînent alors très vite : « Eddy Bonin, du Comptoir Musical, est tombé par hasard sur mon Myspace. Il m’a contactée pour un projet de compilation mais, à notre première rencontre, il m’a trouvée trop jeune. Finalement, c’est lui qui m’a rappelée une semaine plus tard pour me présenter Laurent avec qui je travaille toujours. » Premières maquettes en studio, premier concert au Vip, et voilà le processus bel et bien enclenché.

Après Somniloque en 2014, Autistik en mars dernier (un EP réalisé avec le soutien d’Autistes sans frontière), son trio prépare la sortie de Parmi les crocodiles, un album « comme une cours de récréation musicale qui parlera de forêts, des femmes, des rapports de forces et des fantasmes ». Entre-temps, plébiscitée par les internautes, la demoiselle s’est retrouvée demi-finaliste du tremplin L’Ampli Ouest France de 2015. « J’étais presque contente de ne pas arriver au bout puisque ça m’a permis de me réinscrire pour cette édition 2016 dont la finale est prévue sur la scène du Vip. Si je gagne cette année, ce serait un beau symbole de chanter dans ma ville ! » D’autant qu’elle est la seule Nazairienne en lice parmi les 12 candidats retenus pour la finale.

A l’heure où nous imprimons, les résultats de la seconde délibération ne sont pas connus (ils seront annoncés le 26 novembre). On croise les doigts !

Nathalie Ricordeau

www.manontanguy.fr

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales