Vers une nouvelle épopée

Publié le 06 December 2016

Jean-François Pauléat, nouveau directeur musical de l’Orchestre d’Harmonie de Saint-Nazaire. Portrait.

C'est un homme discret et posé que nous avons rencontré. Arrivé de Moret-sur-Loing il y a deux ans pour de bonnes raisons puisqu’elles étaient amoureuses, voilà Jean-François Pauléat chef des musiciens de l’Orchestre d’Harmonie de Saint-Nazaire depuis septembre et déjà prêt à conduire leur premier concert de la saison.

Pour répondre à notre question sur sa rencontre avec la musique, Jean-François Pauléat ne prend aucune pose : « Comme mes parents regrettaient de ne pas savoir jouer d’un instrument, ils n’ont rien trouvé de mieux que de me traîner à un atelier d’éveil musical quand j’ai eu 5 ans. J’ai ensuite appris à jouer de la flûte à bec, sans plaisir ni déplaisir, j’étais juste un enfant obéissant. »

Mais qui met le doigt dans la confiture peut se faire prendre par sa propre gourmandise, et c’est bien ce qui est arrivé : Jean-François Pauléat, sans rien imaginer encore de ses choix d’avenir, s’épanouit en soufflant dans sa flûte à bec. Après l’école de musique de Fontainebleau, il décroche un bac Musique puis se forme au Conservatoire de Rueil-Malmaison. Il suit des cours d’harmonie et d’orchestration, et obtient dans la foulée le prix du concours international Léopold Bellan. « J’ai toujours été encouragé par mes professeurs, qui ont trouvé en moi l’oreille absolue... », nous dit-il sans aucune forfanterie.

S’il ajoute le hautbois à “ses cordes” et monte son propre ensemble instrumental à 17 ans à peine, Jean-François Pauléat comprend aussi très jeune qu’il ne souhaite pas devenir instrumentaliste professionnel : « Vivre de la musique, oui, mais en construisant un rythme de vie “normal“, avec une vie de famille, et non en étant toujours sur les routes. J’ai donc choisi d’être professeur et de garder le pur plaisir du jeu en amateur, sans autre enjeu. »

Il enseigne donc la flûte à bec et le hautbois en Seine-et-Marne, dirige un conservatoire, se met au tuba, compose plus de 70 pièces musicales, mène des classes orchestre et des harmonies... infatigable.

C’est toujours fidèle à ses choix de vie qu’une fois installé à Marzan, dans le Sud Morbihan, il prend la direction de l’école de musique de Nivillac, enseigne à celle d’Herbignac, dirige les chorales de  Camoël et de Missillac. Et rejoint l’Harmonie de Guérande pour… le pur plaisir de jouer (il y est encore).

C’est là qu’il rencontre le chef d’orchestre Laurent Dubot, également chef de l’Harmonie de Saint-Nazaire après le départ de Bruno Yviquel un an plus tôt et qui est heureux de lui passer la main.

« Je me suis concentré tout l’été sur la mise en place du concert de ce mois de décembre. J’avais carte blanche, mais je ne connaissais pas le niveau exact de chacun des musiciens. Depuis, nous avons beaucoup travaillé, c’est un groupe sympathique, homogène, qui a un vécu musical important, c’est une belle rencontre. J’ai construit pour eux un programme éclectique, comme mes goûts, brodé de romantisme et de musiques de films. »

Un premier rendez-vous public à ne pas rater*.

Mireille Peña

*D’autres sont d’ores et déjà programmés : au Théâtre de Saint-Nazaire en avril avec l’ensemble militaire de Rennes, à Donges en mai, cette fois-ci sur une composition originale de Jean-François Pauléat, et un projet de CD de 10 pièces originales prévu pour début 1018.

Epopées, concert de l’Orchestre de l’Harmonie de Saint-Nazaire : dimanche 11 décembre, 17h, à Quai des Arts, Pornichet. Tarifs : de 6 € à 9 €. Réservation : 02 28 55 99 43.

 

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales