Saint-Nazaire

Ensemble pour résister

Publié le 24 octobre 2017

Parce que l’union fait la force, trois associations se sont regroupées sous le nom de “Cekama“, un collectif de clubs d’arts martiaux et assimilés.

Elles étaient trois, chacune menant son propre chemin : l’ADRV (Art de rester vivant), le Centre d’étude de karaté et le Wing Tsun Nazarien. Jusqu’au déclic, quand le proviseur du collège Pierre-Norange, à Saint-Nazaire, a demandé à l’une d’entre elles de mener des ateliers de préparation mentale à la compétition, mais aussi de relaxation et de mieux-être, ce qui n’était plus de la spécialité de ladite association. Ainsi est née l’idée d’une mutualisation des compétences et des savoir-faire. Mais pas que...

En effet, face aux difficultés croissantes que traversent les associations, ce collectif devenait la possibilité de se renforcer sans perdre son identité, chaque association membre gardant son indépendance financière, pédagogique et philosophique. Dans la même volonté de promouvoir de façon plurielle les arts martiaux, les sports de combat ainsi que les arts énergétiques et de santé. Forte à ce jour d’une force vive de 500 membres, Cekama espère ainsi faciliter les échanges avec les collectivités et voir sa voix mieux entendue quant aux créneaux de réservation de salles, l’achat de matériel, la recherche de sponsoring ou la communication. Mais le collectif souhaite aussi mener des projets communs, échanger et s’ouvrir pour offrir des passerelles et un plus large choix aux pratiquants de tous âges des clubs le composant. Tout en menant une réflexion sur le devenir associatif à une période où le bénévolat est en net recul sur fond de baisse générale de subventions et de soutiens des collectivités. Une manière de réaffirmer l’importance du rôle social des associations.

Une démarche qui semble résonner puisque deux autres clubs de karaté sont en train de le rejoindre, et que deux autres en sont au stade de l’approche. Les exigences d’adhésion du collectif sont claires : être une association loi 1901 agréée par le ministère en charge des Sports, apolitique et laïque. Et signer une charte de solidarité et de défense de l’esprit sportif et associatif, gage d’une énergie collective positive. Le but premier des arts martiaux traditionnels, qu’ils viennent de Chine, de Corée ou du Japon, n’est-il pas d’éviter le combat ?

Mireille Peña

 
 
 
Saint-Nazaire associations tous droits réservés 2010 - Mentions légales